Nahid Aboumansour | Tisser un monde de possibilités avec Petites-Mains

Dans le cadre de mon travail au sein de Petites-Mains, organisme montréalais aidant les femmes les plus démunies à retrouver leur dignité, j’ai eu le plaisir de participer à la rédaction de cet inspirant article sur les valeurs de Nahid Aboumansour, directrice générale et co-fondatrice de l’organisme, publié dans le magazine Nouveau Projet.

Il me fait plaisir de vous partager quatre de ses six grandes valeurs la guidant au quotidien :

  • Avoir le courage de recommencer à zéro

Lorsque j’ai pris la décision d’immigrer au Québec avec ma famille, je ne pensais pas que j’y laisserais mon statut social et professionnel. Dès mon arrivée à Montréal, j’ai été confrontée à une nouvelle langue, à une nouvelle culture et surtout, à la non-reconnaissance de mes diplômes d’architecture, pour lesquels j’avais tant travaillé au Liban. Malgré la déception et le désespoir qui m’habitaient, j’ai choisi de me battre. La difficulté, il faut la voir de manière positive: je n’avais plus rien, mais en même temps, une multitude de chemins se dessinaient devant moi pour retrouver ce que j’avais perdu, voire aller plus loin.

  • Vouloir faire une différence

Quand j’ai compris qu’il me serait difficile d’exercer mon métier au Québec, j’ai décidé d’agir en faisant du bénévolat. On m’a demandé, à la fermeture d’une banque alimentaire dans le quartier de Côte-des-Neiges, de rencontrer les femmes qui s’y approvisionnaient. Au début, je me suis sentie totalement impuissante devant leurs situations; puis, avec l’aide de Sœur Denise Arsenault, cofondatrice de Petites-Mains, je me suis mise à y croire. Oui, nous pouvions leur permettre de devenir autonomes financièrement, et surtout, de s’épanouir dans la vie. La volonté de réussir, elles la portaient en elles: elles avaient pris le risque de quitter leur pays pour un avenir meilleur. Il ne restait qu’à trouver des solutions pour faire une différence dans la vie de ces femmes. Pour elles comme pour moi, se sentir utile est un véritable moteur.

  • Se montrer tolérant

Aujourd’hui, j’observe beaucoup de discriminations liées à la couleur de peau, à la façon de penser, à la religion. Mais le fait d’avoir grandi dans un autre pays, dans une autre culture, ne devrait jamais être un frein pour s’intégrer. La tolérance de chacun est ce qui permet aux immigrants d’entreprendre un nouveau départ au Québec. Il faut aussi les soutenir dans leur intégration: leur enseigner le français, leurs droits et devoirs, le fonctionnement de leur société d’accueil et du marché de l’emploi et les aider à développer leur confiance en eux. Certaines valeurs de base sont non négociables: chacun mérite de participer à la vie en société et d’être heureux, tout simplement.

  • Voir l’amour comme un levier de changement

Aider son prochain, donner aux autres, penser à l’avenir, ne pas être indifférente: cela a toujours fait partie de mes valeurs les plus profondes. J’ai la chance de pouvoir les mettre en application tous les jours à travers Petites-Mains. Ma récompense, c’est d’être témoin des retombées positives dans la vie de ces femmes courageuses et de leurs proches. Mais aussi de voir que l’empathie et l’altruisme créent un cercle vertueux: lorsqu’on est aidé par quelqu’un, on ne l’oublie pas; on a envie d’aider à notre tour. On devient alors un modèle et une source d’inspiration pour les autres.

Pour lire la suite de l’article, je vous invite à vous procurer le dernier exemplaire du magazine, disponible partout au Québec ! Vous y trouverez un grand dossier sur Montréal à l’aube de son 375e anniversaire, mais bien d’autres choses aussi.
 
Pour en savoir plus :
  • Entreprise d’insertion créée en 1995, Petites-Mains aide les personnes en difficulté, principalement les femmes immigrantes, monoparentales et sans emploi, à sortir de l’isolement et à apprendre un métier afin de favoriser leur insertion sur le marché du travail et leur intégration à la société québécoise pour qu’elles y vivent en dignité.
  • Architecte de profession, Nahid Aboumansour a quitté le Liban en 1990 pour débuter une nouvelle vie avec sa famille au Québec. Elle a fondé l’organisme Petites-Mains avec Sœur Denise Arsenault cinq ans plus tard. Depuis lors, plusieurs prix lui ont été accordés pour saluer son travail exemplaire, ses réalisations et son engagement communautaire.
  • Nouveau Projet est un magazine proposant un condensé de culture et de société et permettant de « mieux comprendre les enjeux de notre société afin de mener une vie plus équilibrée, satisfaisante et signifiante. » Pour plus de détail sur l’exemplaire n°10, cliquez ici.

Crédit photo : Virginie Gosselin

Publicités