HAÏTI | Corinne Symietz, des Chocolats Askanya

Quel bonheur de laisser un morceau de chocolat fondre dans sa bouche avec les yeux fermés! Grâce à Askanya, le monde pourrait bientôt découvrir le merveilleux chocolat fabriqué en Haïti.  Détentrice d’une licence en génie industriel et opérationnel ainsi qu’une maitrise en administration des affaires, Corinne Joachim Sanon Symietz a fondé avec deux partenaires (Andréas Symietz et Gentilé Sénat) sa chocolaterie en 2014.  Son objectif principal était de créer une compagnie haïtienne qui transformerait une denrée locale.  Et, après avoir fait des  recherches avec d’autres produits comme la mangue, elle s’est lancée avec le cacao, une denrée classée parmi les 50 meilleurs au monde et qui peut être transformée en un produit haut de gamme. Askanya est le nom exotique associé à un produit tout aussi exotique.

chocolat

Combinaison de la forme latine de la ville originaire d’Andréas Symietz, Aschersleben et d’Ascanius, roi provenant de la mythologie romaine, ainsi qu’une petite pincée d’exotisme, les astres prédisent qu’Askanya deviendra sans aucun doute la reine du chocolat mondial ! Askanya se veut avant tout une entreprise moderne, ainsi, Corinne a voulu s’éloigner du modèle traditionnel Haïtien qui préconise la création d’entreprise dans la « république » de Port-au-Prince. Ouanaminthe, située dans le département du Nord-Est, a semblé un choix logique de part sa proximité aux plantations de cacao ainsi que de l’existence d’une propriété familiale quasi-abandonnée. Une autre approche moderne choisie par Askanya est son style managérial. Avec huit employés à temps plein ainsi qu’une trentaine de personnes à temps partiel,  Askanya prône le management participatif et la responsabilisation des employés dans une société où règne le modèle paternaliste.  Les employés ont accès à des salaires de base compétitifs ainsi que des commissions et primes. De plus, le développement personnel est privilégié par des formations, cours d’anglais et bientôt l’accès à des voyages à l’étranger pour parfaire leurs connaissances. Ce modèle de gestion permet à l’entrepreneure de se concentrer sur d’autres aspects importants tels que l’élaboration des états financiers et des rapports de vente, la promotion du produit via les médias sociaux ainsi le démarchage en personne.  Actuellement disponible dans 7 points de vente aux États-Unis (dans le district de NY), un des freins à une distribution plus étendue est lié aux conditions sur place. Si être entrepreneur dans un pays développé présente des challenges non négligeables que dire des réalités vécues dans un pays en voie de développement ! La principale difficulté réside dans la quasi-inexistence des infrastructures de base, particulièrement l’électricité. La situation en Haïti rend la production d’une batch de 5 à 6 fois plus longue que dans des conditions normales. Après un investissement initial de $170,000 USD, dont une partie a été allouée à l’achat de groupes électrogènes, l’entreprise souhaite investir de nouveau près de $80,000 USD pour augmenter sa capacité électrique et créer son propre centre de fermentation et séchage de cacao. Cette approche lui permettra non seulement de doubler ou même tripler sa production mensuelle (actuellement à 2500 tablettes/mois) mais aussi d’augmenter son impact positif sur les agriculteurs locaux (près de 6,000 seraient touchés). Askanya a toutes les potentialités pour devenir une référence de la production Haïtienne locale,  aux cotés du rhum ou du vétiver.

Publicités