Détermination, Authenticité et Internet | La recette gagnante de Valeria Landivar

Certaines personnes rayonnent. C’est ce qui m’a tout de suite frappé lors de ma rencontre avec  Valeria Landivar, en découvrant ses yeux pétillants et son accent chantant. Valeria Landivar a quitté sa Bolivie natale avec mari et enfant fin 2009, découvrant le rude hiver québécois, qui est désormais sa saison préférée. Entrevue avec l’une des personnalités les plus influentes du Web québécois, ambassadrice d’Hootsuite pour l’Amérique du Nord et l’Amérique latine et fondatrice de son entreprise de conseil en présence Web.

Le Web et les réseaux sociaux sont devenus vos meilleurs alliés, racontez-nous comment les choses se sont passées…

Valeria Landivar: je suis arrivée au Québec fin 2009. Je ne parlais pas français alors j’ai suivi des cours pour apprendre la langue avant de chercher du travail. En Bolivie, j’avais étudié la communication, avec une spécialisation en marketing. J’avais notamment travaillé en télévision et je pensais pouvoir trouver un emploi dans mon domaine. Mais les choses n’ont pas été si faciles: je manquais d’expérience professionnelle au Québec. C’est finalement Rodgers qui m’a donné ma chance, pour occuper un emploi au service à la clientèle. C’est à ce moment là que j’ai découvert les réseaux sociaux: j’ai commencé à partager des informations professionnelles, et ça n’a pas pris longtemps pour que des gens engagent la conversation avec moi. Tout s’est ensuite passé très vite: j’ai découvert quelles étaient les personnes influentes dans le domaine de la communication-marketing, je me suis abonnée à leurs réseaux et eux ont également commencé à me suivre. J’ai participé à de nombreuses activités de réseautage pour rencontrer ces gens en vrai, le B.A.-BA pour créer une relation intéressante! Et, en 2010, il y a eu ce Top 100 des personnes les plus influentes du Web au Québec, mis en place par Raymond Morin: j’étais classée 9e, et c’est grâce à cela que je me suis fait connaître et que l’aventure auto-entrepreneur a commencé.

Vous semblez être de ceux qui savent saisir les opportunités qui se présentent à eux, je me trompe?

V.L.: non, c’est tout à fait vrai. Par exemple, en 2011, mon entreprise fonctionnait bien, mais j’ai vu que plusieurs personnalités influentes d’Internet se rendaient à un événement très important dans le milieu: LeWeb, organisé par Loïc Le Meur, mon idole de la Toile! Je voulais absolument y aller mais les billets étaient trop dispendieux. Qu’à cela ne tienne: j’ai proposé mes services de blogueuse… Et ça a marché! Je suis devenue la blogueuse officielle de l’événement. J’ai ainsi pu voyager avec cette formidable équipe, et bâtir une relation magnifique, qui dure depuis tout ce temps. C’est d’ailleurs là que j’ai constaté l’impact que peut avoir Internet: dans toutes les villes où on allait, des gens que je n’avais jamais vus me saluaient en m’appelant par mon prénom et en me demandant des nouvelles de ma famille, de ma fille! Incroyable!

Quel est votre secret pour réussir sur les réseaux sociaux?

V.L.: parfois, on a l’impression que l’information que l’on partage n’est pas intéressante, ou que les gens n’aimeront pas, mais il ne faut surtout pas être gêné: il y a un public pour chaque personne! Je ne partage pas la même information que les autres, ou en tous cas, pas de la même façon. Je me tiens toujours à jour des tendances, tout en prenant systématiquement soin de bien vérifier mes sources, et de publier des informations pertinentes pour mes abonnés.

Quand tu regardes en arrière, que ressens-tu?

V.L.: je crois que je peux parler de fierté, car tout ce qui s’est passé depuis mon arrivée au Québec dépasse les attentes que j’avais. J’ai trouvé le Web, sans qui je n’aurais pas aussi bien réussi dans un pays où je n’avais ni contact, ni référence. Ce sont les réseaux sociaux qui m’ont permis de rencontrer des gens, de montrer de quoi j’étais capable tout en restant fidèle à ma personnalité. J’adore ça!

Aurore Le Bourdon

Publicités