Faire de son rêve d’enfant un métier |Conseils de Lou Ripoll

Des nuages réconfortants, des comètes mélodieuses, des poissons rouges zen, la créatrice de mode Lou Ripoll sait nous faire voyager dans des univers poétiques et colorés. Désirant devenir styliste depuis sa plus tendre enfance, Lou réalise son rêve en juin 2013 en lançant sa marque de vêtements Bleu Tango. Nos chemins se sont croisés en septembre 2013 alors qu’elle venait tout juste d’ouvrir sa première boutique à Paris. Dès notre première rencontre j’ai été charmée par sa douceur et sa joie de vivre. Dans cette interview, Lou nous raconte son parcours et nous partage quelques conseils pour transformer un rêve d’enfant en une réalité.

Comment as-tu lancé ton entreprise ?

Depuis que je suis toute petite, j’ai toujours voulu être styliste. Ma marraine, elle-même styliste pour une boutique de vêtements pour enfants à Paris, était un véritable modèle pour moi. En grandissant, cet intérêt n’a fait que se renforcer et, lorsqu’il fallut débuter des études supérieures, c’est tout naturellement que je me suis orientée vers une formation en art textile à Paris. J’ai ensuite mis en pratique ces connaissances dans une petite maison de couture où j’ai pu gérer toutes les étapes de création d’un vêtement : les dessins, les patronages, la relation avec les fournisseurs, la production, l’achat des matières, la commercialisation, les salons, les bons de commandes. Au bout d’un an, après avoir dépensé énormément d’énergie et de passion pour cette marque, je me suis dit qu’il serait encore plus gratifiant et passionnant de le faire pour mes propres créations. Alors j’ai tenté ma chance et j’ai quitté l’entreprise.

boutiquebleutangoTout se passa très vite par la suite. En un mois, j’ai fait tout ce que je voulais faire depuis toujours : des imprimés. Je me suis installée à ma table de travail, je me suis dit “bon, on sort les motifs” et les motifs sont sortis tout seul de ma tête, comme ça. J’ai ensuite fait les patronages, je suis allée voir les imprimeurs et façonniers dont je connaissais déjà la qualité, et dés que j’ai obtenu leur accord, je me suis dit “maintenant il faut créer l’entreprise”. Et Bleu Tango vit le jour. Avec l’aide financière de mes proches, j’ai ensuite envoyé les tissus à imprimer en juillet et j’ai cherché un local pour installer la boutique.

Pas un instant je n’ai pensé que cela ne pourrait pas fonctionner. Je me sentais légère et confiante, ce qui n’était pas le cas de ma famille. “Pourquoi vas-tu te mettre là dedans” entendais-je souvent. Moi je me disais : “Au pire, je trouverais un autre travail dans une entreprise”. Semaines après semaines, j’ai tenu bon, jusqu’à finalement ouvrir la boutique en septembre 2013. Au début, les premières clientes venaient du réseau, ensuite, les amies du réseau sont venues, ajoutées aux passantes dans la rue, puis, grâce au bouche à oreille, Bleu Tango a continué ainsi à exister. Nous nous développons doucement, à l’échelle artisanale et cela me convient.

Quels conseils donnerais-tu aux futures entrepreneuses ?

1/ OSER

Il est essentiel d’oser faire ce que l’on aime, d’oser s’épanouir dans son métier, pour ne pas dépérir comme une petite fleur dans un travail qui nous ennuie. La vie est courte et il serait bien de profiter du temps qui nous est offert. Bien sûr, créer son entreprise représente beaucoup d’heures de travail, parfois des montagnes russes d’émotions, mais l’épanouissement et l’adrénaline ressentis quand on réalise notre rêve, en valent sincèrement le détour.black-and-white-draw-drawing-expectation-Favim.com-1617878

Souvent, la vraie difficulté se situe en nous à travers toutes nos peurs et angoisses qui nous empêchent d’avancer. Il faut apprendre à gérer ses émotions au quotidien et avoir confiance en l’avenir. Pour certains, cela prend parfois plus d’énergie que pour d’autres mais nous avons tous les capacités en nous. Au final, tu vis le quotidien que tu as choisi et tu apprends plein de choses sur toi ! L’image « Expectations vs Reality » est d’ailleurs une grande source d’inspiration pour moi !

2/ SE FAIRE CONFIANCE

BLEU TANGO motifLes meilleures idées sont souvent les plus simples. Il ne faut pas forcer. Lorsque j’ai créé l’entreprise, je me suis fais confiance, j’ai suivi mon intuition et j’ai avancé étape par étape. Je fonctionne de la même manière pour créer des motifs. Jamais je ne me pose la question “Quelle sera la tendance cette année ?”. Je m’installe juste à ma table de travail et je fais appel à toutes les petites images que j’emmagasine chaque jour dans les tiroirs de mon cerveau – des détails de la rue, des images dans des magazines, des blogues, des expositions, des intuitions soudaines – et je les ordonne ou les mélange pour créer un motif. Des fois, cela marche tout de suite, d’autres fois, je ressens qu’il manque quelques chose alors je le mets de côté et je le reprends quelques semaines ou mois plus tard. Je change alors totalement de perspective et le résultat est encore meilleur que je ne l’aurais imaginé !

3/ AVOIR UNE STRATÉGIE COHÉRENTE

bleutango3Même si la confiance en soi reste essentielle pour se lancer en entreprise, il me semble impératif de réfléchir à son positionnement et à ses méthodes de distribution au préalable. Ces conseils ne sont pas seulement issus d’une stratégie marketing, il s’agit aussi de bon sens selon moi. Si tu fais des vêtements chers adaptés à des modèles jeunes, ou que tu vends des produits bas de gamme dans un quartier chic, à priori, ça ne va pas marcher. Cohérence est le mot clé. Et ces conseils s’adaptent à tous les types d’entreprise.

De mon côté, même si je me suis laissée guider par mon intuition en créant l’entreprise,  je dois avouer que j’ai eu beaucoup de chance de tomber sur les bons positionnement et distribution tout de suite. En effet, l’école ne nous avait pas appris pas à penser à ces choses là. Si je n’avais pas vendu durant le premier mois, j’aurais vraiment eu des problèmes ; mais en même temps, ma légèreté et ma foi en l’avenir m’ont permise d’aller jusqu’au bout et me permettent encore aujourd’hui de vivre de ma passion. Je crois que nous créons nos propres opportunités, et j’ai tout simplement saisi les miennes !

4/ ÊTRE OPTIMISME

bleutango-dessinJ’ai toujours été une personne optimiste. Je me réveille toujours de bonne humeur, prête à soulever des montagnes. Pour moi, chaque matin est une nouvelle chance, une nouvelle opportunité de créer et de rencontrer de nouvelles personnes. Et effectivement, la vie me réserve chaque jour de magnifiques surprises et rencontres !

En créant Bleu Tango, je pensais que créer des vêtements à mon goût me remplirait de bonheur. Ça reste très agréable mais finalement, ce qui fait le sel de mes journées, ce sont toutes les personnes formidables que je rencontre tout le long : des fournisseurs, des stagiaires, des clientes, les gens du quartier. J’adore cela !

Il y a d’ailleurs une phrase de Confucius que j’aime beaucoup : « Le bonheur ne se trouve pas au sommet de la montagne, mais dans la façon de la gravir. »

5/ ÊTRE AUTHENTIQUE ET GÉNÉREUSE

Dés qu’une personne rentre dans la boutique, je lui dis bonjour en lui disant vraiment bonjour. Pour moi, il est essentiel d’être vraiment là pour rencontrer des gens et pour défendre ton point de vue sur la mode et sur ce que tu lui proposes. C’est parfois de l’endurance de mettre la même énergie dans chaque rencontre, mais le retour des gens est toujours très gratifiant ! En effet, le bouche à oreille est mon principal outil de communication.

Notre clientèle a entre 20 et 80 ans, alors j’adapte ma communication en fonction des âges de chacune. Nous sommes évidemment présents sur Facebook/ Instagram / Twitter, et nous avons créé un blogue où nous essayons de montrer une marque simple et accessible en montrant les coulisses de Bleu Tango. Pour les clientes de 50 ans et plus, c’est essentiellement le bouche à oreille qui fait connaitre la marque. Je viens d’ailleurs de lancer une carte de fidélité offrant un foulard pour remercier les clients qui réfèrent leurs amies.

6/ TROUVER DES MENTORS ET S’ENTOURER DE PERSONNES GÉNÉREUSES

bleutango-erableLorsque l’on se lance dans l’entrepreneuriat, il me semble essentiel d’échanger avec une ou plusieurs personnes qui vivent exactement ce que tu vis, ou qui l’ont vécu. Cela permet de recevoir des conseils sur lesquels tu peux t’appuyer pour prendre des décisions. Ce ne doit pas être forcément des gens pour qui tu admires le travail, mais plutôt des gens qui ont une personnalité ou un style de vie que tu admiresAprès, je ne vais pas m’adresser à la même personne pour des conseils sur mes motifs que sur la réussite de mon entreprise. Je vais prendre un peu de chaque personne qui réussit bien ça. 

S’entourer de personnes qui te donnent autant que tu leur donnes est également très important. Il ne s’agit pas de générosité financière, mais plutôt une générosité au niveau de leur écoute, de leur disponibilité, des conseils qu’ils t’offrent, de leur énergie aussi. En fin de compte, il faut de la générosité des deux côtés !

Quels sont tes projets pour la suite?

Bleu Tango a fêté ses deux ans cette année et l’avenir continue à être florissant. Nous avons notre boutique, notre site de vente en ligne et trois sites en ligne qui vendent nos produits en dehors. À partir de l’été prochain, nous seront également vendus au Japon et en Belgique dans des magasins multimarques. Mon objectif serait de rester une entreprise à l’échelle artisanale avec un maximum de 10 employés polyvalentes comme moi : à savoir stylistes, modelistes, designer textiles et et vendeuses. En effet, assister au essayage permet de devenir une meilleure styliste selon moi. Je ne veux pas faire de course au résultat, ni devenir une chef d’entreprise avec 30 employés ou plus. Je souhaite seulement être une artisan, une créative, et continuer à faire mon métier avec bonheur.

Une dernière phrase à partager ?

« Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque. A te regarder, ils s’habitueront. » (René Char, Les Matinaux.)

Où Trouver la boutique ?

Bleu Tango – 47 Rue d’Orsel, 75018 Paris, France
http://bleutango.fr/Facebook

Crédit de la photo de Lou : Miriam Givon

Texte écrit par Sonia Frangeul
Écrivain biographe, chargée des communications et co-fondatrice de 
Passeurs d'Histoires
Artiste peintre et professeur de piano : So-Sonia.com
Publicités