L’inspiration au rendez-vous | Mon expérience à C2 Montréal

On poursuit avec les billets des entrepreneures qui ont assisté à C2 Montréal, grâce à Mots d’Elles. Voici l’expérience de Valérie Parizeault, du Studio Rose Flash, une des gagnantes du grand concours #motsdellesXc2mtl. À partager!

Lorsque j’ai appris que je serais présente à la quatrième édition de C2 MTL mon excitation peu contenue s’est déversée sur les réseaux sociaux. Depuis 3 ans que je suis cet évènement de près, cette année serait ma première participation. Ceci dit, mercredi matin, c’est avec curiosité, intérêt et avec des papillons dans l’estomac que je me rendais sur le site.

Premier constat: il y a foule dans la place, la majorité avec leur téléphone à la main. J’ai un sourire intérieur en me dirigeant vers le lieu du premier workshop auquel je veux participer qui traite de campagnes marketing virales à l’aide de vidéo. Ma table est à l’image de la foule de C2MTL: il y a des gars de marketing, un homme de la finance en mode, une dame du gouvernement, un designer web… une tablée éclectique et sympathique.

Dans ce workshop dirigé par EMC2, on y voit comment ils ont réussit à produire le vidéo le plus partagé de 2014 sur les médias sociaux. Bien que mes clientes n’ont pas les 200 000$ de budget de production qu’ils ont utilisé, j’en retiens des notions intéressantes qui sont applicables à des moyens plus modestes ;

  • Se munir de partenaires,
  • impliquer les blogues influents,
  • créer un concept wow,
  • produire du contenu complémentaire pour étendre la viralité
  • calculer le ROI et adapter son budget pub selon les performances du vidéo sur les réseaux sociaux.

Pour le reste de la journée, je m’en suis tenue aux conférenciers. Faut dire que le line-up était des plus intéressants.

David Shing: Le prophète d’AOL est ce que j’appellerais un conférencier entertainer: 30 minutes de contenu mitraillé (j’en étais essoufflée) sur l’internet des objets, les médias sociaux et la pub contextuelle. Intéressant et drôle.

Michelle Dennedy: La Vice-présidente et chef de la protection des renseignements personnels chez McAfee nous parle de son manifesto sur la vie privée et la protections de vos données privées. Un conférence qui jette un regard humain sur ce sujet parfois (trop) technique.

Caithrin Rintoul : Le futur de l’agriculture passera-t-il par l’internet? C’est ce que le fondateur de Provender, un site-marché Montréalais qui relie les producteurs agro-alimentaires et les restaurants, pense et il a développé un système en ligne qui permet «(…) de construire une chaîne d’approvisionnement qui fonctionne pour les chefs et les fermiers.»

Sean McDonald: Président de Bitwater Farms​, une compagnie qui produit… des fermes de grillons! Un oeuf coûte 200 litre d’eau à produire en le nourrissant de soya et de mais, 40 litres avec les grillons qui sont une meilleure source de protéines. Dans un marché où l’eau devient une denrée rare (la Californie a la pire sécheresse du siècle en ce moment), c’est plus qu’une question de bon sens, c’est investir dans une agriculture durable.

Marije Vogelzang: Elle se dit designer culinaire, je l’ai vu comme une artiste avec l’humanité comme sujet et la nourriture comme médium. Une pratique extrêmement intéressante.

Kimbal Musk: J’avais hâte de voir la conférence d’un des frères Musk (Ils ont inventé Paypal et les automobiles électriques Tesla) Visionnaire, avant-gardiste, chaleureux, Kimbal Musk a aussi une passion pour la bouffe! Propriétaire d’une chaîne de restaurant au Colorado, il a aussi fondé un organisme qui créé des jardins communautaires avec des programmes d’éducation dans les écoles.

André Agassi: Le roi du tennis venait nous présenter son autobiographie, Open, mais aussi son projet de retraite: il se consacre à la transformation de l’éducation publique, au travers de la Fondation Andre Agassi pour l’éducation et de sa première école alternative. Un homme complexe et simple à la fois: à la question «décrivez votre journée typique» il répond: «Je me lève.. et je travaille!»

Mes réflexions en rafale:

1- Une journée n’est pas assez pour pourvoir profiter de toutes les installations. J’aurais aimé faire les Brain dates suspendues, mais j’ai manqué de temps!

2- On a beau être des gens d’affaires, je trouve que 30$ pour un lunch sandwich pas si gros que ça c’est exagéré.

3- Ce qui fait que le C2mtl est un rendez-vous d’affaires et de créativité pertinent, c’est les rencontres qu’on y fait. Il faut oser parler à des étrangers! #byezonedeconfort

4- J’ai passé 10 heures sur le site ( j’étais épuisée! ); j’aurais aimé aller dans une salle où j’aurais pu profiter d’un 15 minutes de pause de bruit! #brainoverload

5- Je suis du même avis que Samantha: l’évènement devrait avoir sa propre app.!

C2Mtl, c’est un environnement dans lequel l’inspiration est au rendez-vous. J’en suis sortie avec un calepin rempli d’idées et de pistes de recherche. Cependant, un bémol: il me fait questionner la démocratisation de l’accès à ce type d’expérience. Parce que c’est un enrichissement que de vivre C2MTL, et les penseurs, artistes, inventeurs et designers solo (qui pourraient en profiter et voir leur projets et idées s’accélérer) ne pourront probablement pas payer le prix faramineux du billet d’entrée. J’offre donc un merci immense à Mots d’Elles pour m’avoir permis de vivre une telle expérience!

Retrouvez Valérie Parizeault ici | Studio Rose Flash

Publicités