TedX Montreal Women | Faire le plein d’énergie

Fabiola Mizero, nouvelle collaboratrice de Mots d’Elles, a couvert la dernière édition de TedX Montréal Women. Voici un récit de son expérience.

Le 30 mai dernier, avait lieu la 2ième édition de TedX Montreal Women. Un événement qui sonne la cloche de l’importance d’avoir des voix qui relatent nos obstacles, nos peurs, nos inquiétudes en tant que femme de 20 ans à 50 ans et plus. On n’a pas fini de le rappeler et encore moins fini de mener ce combat, ce combat vers une représentation de plus de  femmes dans chaque sphère de la vie quotidienne et en provenance des quatre coins du monde.  La diversité des parcours étaient au rendez-vous, ce qui a permis à chaque femme assise, de se retrouver dans les discours de nos ambassadrices. Des ambassadrices de la vie quotidienne, porteuse d’un message d’espoir pour l’avenir.

« Sortir les petits plats, dans les grands.»

C’est sans doute l’expression qui relate le plus l’environnement  dans lequel nous étions plongeés. À peine arrivées que nous nous faisions chaleureusement accueillir par une équipe de 53 bénévoles pleines d’énergie! Et fort heureusement, elle s’est assurée de nous nourrir autant l’esprit que le corps.

Dans la salle, des femmes de tous âges et toutes origines confondus, parées de leurs plus belles tenues d’été.  Venues répondre présentes, à cet appel du cœur adressé à la gente féminine, un appel qui rend autant écho à nos coups de gueules, nos frustrations, que de nos aspirations.

« Faire le plein d’énergie»

Jennifer-Lonergan-tnCe samedi, c’était l’occasion de se réapprovisionner d’une  vision du monde qui reflète nos qualités. Mesdames, cessons uniquement de rêver d’un monde plus humaniste, croyons! Voici le message de ces ambassadrices montréalaises, assez proche de nous au final. Venues nous rappeler que nos rêves ont de l’importance, il suffit juste d’avoir le courage d’investir.  Jennifer Lonergan, nous rappela dans son #TedTalk que bien souvent,  nous nous laissons porter par nos peurs plutôt que par nos croyances. En effet, on se cache bien souvent derrières des phrases de ce genre : « J’ai peur de commencer à cause » ou « je ne pourrai pas y arriver à cause».

Janie-Duquette-tnÀ travers sa présentation Janie Duquette, nous rappela que nous sommes faites de différentes couches, il ne faut pas se laisser leurrer par la société qui tend à dresser l’image de la femme accomplis qui équivaut à cette femme super «Bossy». Nous sommes toutes des « Super Women» en commençant, par le fait que nous sommes créatrices de l’Homme et donc de la vie, on ne devrait pas se laisser classer par une étiquette «Femme au foyer» ou «Femme Bossy» et se limiter à ces titres. Une femme peut tout autant être «Bossy», être une bonne mère et une bonne épouse, qu’une femme «au foyer» peut être dorée d’une carrière remarquable.

Vincent-W-Li-tnSurvoler des sujets qui nous tiennent à cœur, des sujets qu’on craint d’aborder mais qui dressent notre quotidien, cette journée nous a permis de parler de santé à cœur ouvert avec le docteur Vincent Li, réengager le dialogue dans un environnement sain, il nous a présenté le top 10 des choses à faire pour maintenir son corps en santé. Souvent on néglige l’importance d’avoir une hygiène de vie saine et ce laxisme porte souvent préjudice sur le long terme surtout en ce qui concerne le développement de maladies tels que le cancer, le diabète, l’hypertension qui pourrait être évitées.

Salima-Visram-tnEn d’autres mots, l’apprentissage était au rendez-vous et l’échange était le mot-clé de la journée, nous avons été bénies par divers parcours, tels que celui de Salima Visram, créatrice des premiers sacs à dos qui fonctionnent à l’énergie solaire. Ces sacs à dos ont permis à plusieurs enfants de la ville de Mombasa au Kenya, de continuer à étudier chez eux la nuit, une fois le soleil (seul source d’éclairage) couché!

« The power of coming together»

MelissaEmblinC’est bien le souvenir que j’emporte de cette journée, qu’à travers le partage de nos expériences nous pouvons renverser la vie des autres. Quand je pense à l’histoire qu’est venue nous partager Melissa Emblin, je suis encore traversée par des forts sentiments, d’admiration et détermination. Représentante du projet «Tout le monde peut danser» cette jeune femme nous a parlé d’un projet qui a laissé l’auditoire avec des larmes aux yeux mais surtout avec l’envie bouillante de venir en aide à ceux qu’on juge trop rapidement de «différents». Ce projet vise à permettre aux personnes souffrant de divers handicaps de suivre des cours de danse, nous interpellant ainsi à revoir ce qu’on qualifie de «différent».

Le pouvoir qui émane lorsque plusieurs femmes se réunissent ensemble est imitant, c’est sur l’appui de ce sentiment que je vous partage cette belle expérience. Je suis devenue à mon tour porteuse de la voix de toutes les femmes réunies dans la salle. Je suis ressortie, en ayant compris l’importance des relations humaines, de l’honnête expression de soi ainsi que de l’authentique acceptation du soi. J’ai redécouvert la magie qui se dégage d’une conversation entre deux inconnues, de cette richesse. Parce qu’on est femme avant toute chose, et on oublie à quel point on arrive à se comprendre par ce fait même.

Alors, mesdames, prenons notre siège dans la locomotive du changement, ouvrons nos cœurs aux autres, dans un monde où on ‘’ dé-s’apprend’’ l’importance de la communauté.  Ensemble façonnons le monde comme il devrait être.

À bientôt pour un autre billet!

Fabiola

Publicités