C2 Montréal | Les entrevues Mots d’Elles

Mots d’Elles a eu l’opportunité d’interviewer des conférencières présentes à la dernière édition de C2 Montréal. Heureuse de vous présenter aujourd’hui deux des cinq entrevues réalisées par Samantha Etane avec Marije Vogelzang et Leilani Munter. Demain, vous ne voudriez pas manquer celles avec Kara Medoff Barnett, Ayah Bdeir et Marika Anthony Shaw!

Texte original de Samantha Etane, du blogue Tam+Sam, collaboratrice spéciale C2 Montréal de Mots d’Elles

c2Entrevue avec Marije Vogelzang Après sa conférence de mercredi après-midi je n’avais qu’une question en tête pour la designer culinaire Marije Vogelzang, je voulais savoir comment son métier avait transformé son rapport avec la nourriture? « Plus le temps avance, plus je réalise que moins j’en sais. » me dit-elle en souriant. «La nourriture est un élément si complexe et il y a tellement de choses qui rentrent en jeu ; qu’il s’agisse de transformation, de consommation ou même de la manière dont la nourriture est distribuée et gaspillée, c’est vraiment un sujet très complexe. Et, parfois, je suis même un déprimée par l’état actuelle des choses. En tant que mère, je veux offrir le meilleur à mes enfants donc j’achète des aliments bios mais bios ne veut pas forcement durable. Ce n’est pas toujours évident de faire le bon choix.»

Pour Vogelzang, la nourriture est un « outil » qui peut avoir un véritable caractère social comme en témoigne les nombreuses installations artistiques qu’elle propose aux quatre coins du monde. « J’essaie d’utiliser une approche créative pour aider les gens à réévaluer leur relation avec la nourriture mais aussi pour les pousser les gens à échanger les uns avec autres. »

Son conseil pour maintenir une alimentation saine et équilibrée dans une société où la performance est le maître mot et où nous devons toujours en faire plus ? « Il ne faut pas toujours prendre les choses trop au sérieux; il faut apprécier et savourer ce que l’on mange et ne pas juste avoir une longue de restriction. Je pense qu’on peut manger un peu du tout si l’on consomme des produits de qualité. Et, au delà même de l’alimentation, il est important de ne pas se surmener et de prendre du temps pour soi!» 

LeilaniMunter_siteweb.png.pagespeed.ic.UIp8kHyG4UEntrevue avec Leilani MünterLeilani Münter a un parcours atypique, cette américaine diplômée en biologie est devenue en quelques années une des plus grandes star de la course automobile. Mais comment s’est elle retrouvée dans cette univers si macho? « Quand j’étais au secondaire, j’ai fait une liste de tout ce que je voulais faire dans ma vie et j’y ai inscrit mon souhait de faire de la course automobile. Etant une vraie amatrice de vitesse, j’étais vraiment intriguée par l’idée de pousser une voiture à sa limite, sans risque de prendre une contravention. Je suis ensuite allée dans une école spécialisée et il s’est avéré que j’étais la plus rapide sur les pistes. Un jour, mon instructeur m’a approché pour savoir si je serais intéressée à le faire professionnellement. J’ai un peu hésité mais il m’a rappelé que j’étais non seulement la plus rapide sur la piste, mais aussi une des rares femmes dans la profession et que cela pourrait permettre d’attirer un type de commanditaires que des hommes auraient du mal à rejoindre! C’était en 2000 et depuis je suis pilote professionnelle. »

« Oui, cela a été dur de m’imposer » dit-elle sans hésiter. « J’étais très différente. J’étais une femme dans un mode très masculin, j’avais un diplôme un biologie, à l’époque j’étais végétarienne – aujourd’hui, je suis végétalienne. Je ne représentais pas le stéréotype des pilotes NASCAR. Au début, cela m’a affecté mais je pense que ça fait partie du système. Lorsque tu es femme, tu attires vraiment tous les regards pendant les courses. Tous ce que tu fais, positif ou négatif fait parler les gens. Plus tard, il y a deux choses qui m’ont aidées à faire me faire accepter : mes performances sur les pistes, j’ai toujours montré beaucoup de respect aux autres pilotes ; et à un moment donné j’ai décidé d’arrêter accorder de l’importance à l’opinion des autres. Je savais que j’étais différente et qu’en tant que femme, j’allais toujours faire figure d’intrus dans ce sport. En 2006, j’ai décidé que j’allais vraiment être moi-même et j’ai commencé à parler d’environnement. Je sais que cela a déplu à beaucoup ; on m’a suggérée de me taire en me disant que je risquais de m’isoler et de perdre mes commandites. Mais cela ne m’a pas arrêté et aujourd’hui toutes les voitures que je conduis soutiennent une cause particulière! » L’énergie solaire, la causes des vétérans, les énergies renouvelables sont quelques unes de causes auxquelles la pilote de 41 ans croit et défend. Avec le temps Leilani Munter à réussi à rendre ces combats plus approchables en utilisant des slogans comme « Your Family, Your choice » pour rejoindre et éduquer un public qui jusqu’alors s’intéressait peu aux défis environnementaux.

À suivre demain | Entrevues avec Kara Medoff Barnett, Ayah Bdeir et Marika Anthony Shaw!
Publicités