« On a besoin de femmes qui s’assument comme femmes »

livre coverJ’ai assisté récemment au lancement du dernier livre de Colette Portelance, charmante auteure de  De quel système relationnel êtes-vous prisonnier ? paru aux éditions CRAM , maison qu’elle a créée en 88 avec sa famille d’ailleurs et qui a publié une vingtaine d’ouvrages de spécialistes dans différents domaines du développement humain. Entrepreneure et auteure, Colette Portelance a créé l’ensemble des programmes de formation professionnelle du Centre de relation d’aide de Montréal et de l’École internationale de formation à l’ANDC, dont elle est la co-fondatrice.

Quelques instants avant de prendre la parole devant un public réuni à l’Écomusée du fier monde,  je me suis entretenue avec l’auteure de plusieurs best-sellers, qui partage aujourd’hui sa vie entre Montréal et Paris.

Comment réussit-on à produire un best-seller?

Honnêtement, je ne sais pas. Quand j’écris, je le fais pour suivre mon être intérieur, parce que j’ai des choses à dire, et je veux partager mon expérience. On a tous un chemin à suivre et c’est le mien. Mais je peux dire que quand c’est vrai, authentique, pas trop théorique et quand les gens se reconnaissent, et se disent, « j’aurais pu l’écrire moi-même ce livre », ça aide à faire un best-seller

Est-ce qu’il y a un système relationnel meilleur que les autres?

Non, pas un plus que l’autre. Les systèmes sont créés à partir de nos blessures d’enfance, alors quelque que soit le système relationnel, si on n’accueille nos blessures, si on n’est pas ouvert à ce qui se passe autour de nous, ces blessures vont constamment se réveiller. Je ne pense pas qu’on puisse mieux s’en sortir dans un système, vs l’autre. Quand les système diffèrent, souvent les mécanismes de défense vont différer aussi. 

Les femmes ont-elles plus tendance à plus se retrouver dans un système relationnel? 

Pas vraiment; tout dépend de notre histoire personnelle, nos besoins pour satisfaire nos manques. Quand une relation va mal, ça crée des tensions, nos blessures sont foncièrement réveillées, et à l’inverse, quand une relation va bien, elles ne le sont pas.

Qu’est qui aiderait les relations des femmes dans le milieu des affaires?

Ne jamais oublier qu’on est des femmes et ne pas essayer d’être des hommes. Il est clair que les femmes s’intéressent plus que les hommes à ce genre de livres, et c’est bien d’assumer ce rôle de rassembleuses au niveau relationnel, affectif. Ce n’est pas parce qu’on est dans le milieu des affaires, que ce « côté femme » ne doit pas exister. Essayer d’être, ou de faire comme un homme, c’est dommage, ce n’est pas de cela dont on a besoin; il y a en assez de ça. On a besoin de femmes qui s’assument comme femmes, avec leur sensibilité, même avec leur vulnérabilité, et leur ouverture du coeur.

Qu’est-ce qui occupe Colette ces jours-ci?

Vous savez, avec un livre il y a 2 histoires: l’histoire de sa création et sa mise en marché. La création c’est fini, elle se termine ce soir. Moi, je suis déjà en réflexion pour mon prochain livre, j’aimerais faire quelque chose sur les types d’intelligence. Pour moi, il a l’intelligence pratique, l’intelligence rationnelle et ce que j’appelle l’intelligence artistique. Beaucoup de gens ne se pensent pas intelligent parce qu’ils ne réussissent pas à l’école. Mais c’est surtout parce que l’école n’est pas faite pour eux. Et j’aimerais le montrer avec ce prochain livre.

Vous pouvez vous procurer le livre de Colette Portelance en ligne ici

Publicités