8 trucs pour négocier son salaire à la hausse

Qui ne voudrait pas gagner davantage? Et pourtant parler salaire avec un employeur actuel ou potentiel peut être stressant, rendant les bons postes de plus en plus difficiles à décrocher ou à garder. Les 8 trucs que je vous propose aujourd’hui sont tirés des 14 parus récemment sur MSN. Avez-vous testé d’autres méthodes? Dites-moi ce que vous pensez!

1- Considérez la négociation comme une compétition. En fin de compte, dans la plupart des cas, vous voulez quelque chose que l’autre partie souhaite ne pas vous donner. Voyez la négociation comme une compétition, ce qui vous permettra d’obtenir de meilleurs résultats, selon une recherche de la professeure Michelle Marks, de l’Université George Mason, et Crystal Harold, de l’Université Temple.Les gens qui identifient leurs objectifs et sont prêts à les défendre réussissent à améliorer considérablement leurs salaires en comparaison à ceux qui sont plus accommodants et qui ont tendance à faire des compromis.

2- Déterminez des chiffres précis dans la demande et la contre-offre. On nous conseille souvent de débuter avec le chiffre le plus élevé, mais une nouvelle recherche de la Columbia Business School suggère de proposer un nombre précis pour avoir un plus grand pouvoir de négociation. Ainsi, au lieu de demander 100 000 $ comme revenu, vous pourriez exiger 104 500 $. Selon Malia Mason, l’auteur de l’étude, cela donnera l’impression que vous avez fait vos devoirs et faits de calculs, et on aura tendance à vous croire.

3- Commencez par un sujet personnel et l’interlocuteur fera de même. Lors d’une expérience menée par la Kellogg School of Management de l’Université Northwestern et l’Université Stanford, des étudiants ont discuté de leur salaire par courriel. Ceux qui ont partagé des détails personnels ont réussi à augmenter leur revenu de façon significative par rapport à ceux qui ne l’ont pas fait. S’ouvrir un peu indique que vous êtes digne de confiance, selon le professeur Adam Grant de l’Université de Pennsylvanie. Ça renforce également la réciprocité.

4- Pas de face à face autant que possible. Généralement, si vous demandez un salaire plus élevé, vous n’êtes pas en position de contrôle. Le recruteur ou le boss qui détermine votre augmentation est en meilleure position. C’est cette personne, qui la plupart du temps a le pouvoir sur votre carrière et l’environnement de travail, qu’il faut convaincre. Les recherches ont démontré que la personne qui a le plus de pouvoir l’emporte dans la plupart des rencontres en face à face. Si vous négociez avec votre patron, vous aurez plus de chances de réussir si vous le faites par courriel ou par téléphone.

5- Si vous devez avoir une rencontre en personne, établissez un contact visuel constant. C’est souvent à l’avantage de l’employeur de cacher son intérêt pour un candidat, de même  que de ne pas montrer jusqu’où il est prêt à aller sur le plan de la rémunération. Selon une étude du National Institutes of Health (NIH), l’un des moyens les plus efficaces pour que les gens restent honnêtes c’est d’établir un contact visuel constant.

6 – Ne cherchez pas un accord gagnant-gagnant. Vous préféreriez une solution qui rendrait les deux parties heureuses? Mais chercher un accord gagnant-gagnant dès le début de la négociation veut dire que vous donnez quelque chose sans nécessairement recevoir une offre intéressante en retour…D’après une récente étude, les personnes qui privilégient ce genre d’entente se sentent mieux, mais elles réussissent moins bien àaugmenter leur revenu que celles qui jouent gagnant-perdant. Il est vrai que ces dernières pourront se sentir moins bien àla fin, mais auront un salaire plus élevé.

7- Faites la première offre. Il est recommandé d’attendre que l’autre partie fasse l’offre initiale afin d’obtenir le plus d’information avant d’agir. Mais c’est beaucoup mieux de faire la première proposition, parce que vous en faites un point de départ pour négocier. Les gens qui font la première offre très élevée se retrouvent souvent avec un meilleur résultat. Elle pousse l’autre personne dans cette direction, et il sera difficile de changer le trajet de la négociation.

8- Organisez vos priorités et dites-le. «Vous pourriez dire que le plus important pour vous est le salaire, suivi par l’emplacement, puis le temps des vacances et enfin les bonus», explique Adam Grant, professeur à la Wharton School de l’Université de Pennsylvanie. «Les études ont montré que la hiérarchisation est un excellent moyen pour aider l’autre partie à comprendre vos intérêts sans donner trop d’information». Demandez à l’employeur ses priorités et cherchez à faire les meilleurs compromis sur les questions essentielles.

Article original
Publicités