Kim Thomassin: « Personne n’y arrive seul(e) »

Ma rencontre avec Kim Thomassin remonte déjà à un peu plus d’1 mois. Un rendez-vous matinal dans les bureaux de l’associée directrice du cabinet McCarthy Tétrault pour la région du Québec. C’était au souper conférence organisé par le cabinet en décembre dernier avec notamment Danièle Henkel et Dominique Anglade, que Kim a d’ailleurs animé, que j’ai pris connaissance de son parcours inspirant.

kimAdmise au Barreau du Québec en 1996,  Me Thomassin s’est engagée dans des études de droit après avoir hésité entre la médecine et le droit : c’est un travail d’été dans un cabinet d’avocats, alors qu’elle était étudiante au Cégep, qui a tout changé. Spécialiste du secteur des énergies renouvelables et des infrastructures, Kim Thomassin a notamment développé cette expertise en prenant part à certaines des transactions les plus importantes dans ce secteur, que ce soit au Canada ou à l’échelle internationale.

Mais un enjeu auquel elle tient depuis des années est l’avancement professionnel des avocates. En effet, dans la pratique de son métier Kim Thomassin prend conscience que la carrière des femmes au sein de firmes privées est loin d’être chose facile. À titre d’associée directrice et de membre du comité national sur la diversité, elle veut convaincre les femmes de rester en pratique privée une fois qu’elles ont des enfants. Elle en fait une des priorités absolues du cabinet en installant au travail des salles d’allaitement, ou encore en facilitant le télétravail grâce à des horaires plus flexibles.

Elle fait elle-même partie de la clientèle qu’elle aide, étant maman d’une petite fille de 7 ans. Pour l’aider dans sa conciliation travail-famille, Kim se dit heureuse de pouvoir compter sur sa famille, mais aussi sur des personnes clés comme une gardienne ou encore une aide aux devoirs pour mieux encadrer sa fille. Le sentiment de culpabilité de manquer des moments avec sa fille est bien présent; cependant, elle prend des dispositions pour s’assurer d’être présente aux événements marquants de sa fille (spectacles, anniversaires …).

Parmi les conseils délivrés par Kim Thomassin, disons qu’elle vous incite mesdames, à :

  • Travailler fort;
  • Ne pas croire que les obstacles sont insurmontables;
  • Se réconcilier avec les choix qu’on fait et les assumer;
  • La nécessité de s’entourer de bonnes personnes. « On ne peut pas tout faire !»
  • Pour faire progresser sa carrière, elle insiste sur le fait qu’on toujours besoin d’1 ou 2 personnes qui nous donnent notre chance. « Personne n’y arrive seul. Il faut aller chercher des compétences que l’on n’a pas afin de trouver cet équilibre »

Son plus grand regret?  Ne pas avoir fait des études en Europe ou aux États-Unis. Qui sait : peut-être un MBA plus tard? Sa plus grande réussite (en dehors de sa fille, bien entendu!) : la chance de faire quelque chose qui la passionne. Et cette passion, je vous l’assure, transparaît clairement en parlant à Kim, en l’entendant parler de son parcours, de ses mandats et ses engagements.

 

Vous souhaitez rencontrer Kim? Elle sera ce Jeudi 20 mars à 11h45 à un lunch-conférence animé par Liza Frulla. Elle parlera de son parcours et du livre « Stiletto Network : Inside the Women’s Power Circles That Are Changing the Face of Business » de Pamela Ryckman. Lieu : Hyatt Regency de Montréal – Salon Ovation. Niveau 5. Réservez votre billet ici.

Lunch_Kim_Thomassin

Publicités