World Economic Forum 2013: fermer le « gender gap »

WEF_AM13L’édition 2013 du “World Economic Forum” s’est achevé le 27 janvier dernier á Davos en Suisse. Pour une seconde année consécutive, une session adressant le problème du “gender gap” ou écart entre les sexes a été organiser pour mettre de l’emphase sur la relation étroite entre la compétitivité globale ainsi que la performance économique et la parité des genres.

L’illustre panel était composé de 6 femmes très influentes dans le monde académique, politique et financier. La question à débattre étant:  Comment clore le “gender gap” qui existent dans les plus hauts niveaux de prise de décision économique?

Les panélistes étaient:

  1. Heminia Ibarra, Cora chair et Professeur de Leadership et changement organisationnel , INSEAD
  2. Christine Lagarde, Managing Director du Fonds monétaire Internationale
  3. Drew Gilpin Faust, Présidente, Harvard University
  4. Viviane Reading Vice-présidente et Commissaire á la Justice, droits fondamentaux et citoyenneté de la Commission Européenne
  5. Lubna S. Olayan, CEO de Olayan Financing Compagnie en Arabie Saoudite
  6. Sheryl Sandberg, COO de Facebook
  7. Le seul homme du panel, M. Kevin Kelly, CEO de Hedrick & Struggles

Les points marquants, de ce débat très intéressant, ont été les suivants:

1. Il y a eu énormément de progrès en ce qui concerne la parité des genres en général ces dernières années et cela partout dans le monde. Ces progrès sont malheureusement trop lents. Surtout qu’il existe maintenant énormément de données et de recherche aussi bien académiques que corporatives sur le sujet. Plusieurs statistiques ont été citées d’ailleurs lors de cette session.

2. La question à savoir quelle différence cela fait-il qu’une femme dirige une organisation ou fasse partie du moins de la haute direction a été amplement discutée. L’effet est bien entendu positif tant au niveau économique que culturel.

3. Les principaux freins à l’avancement des femmes restent le biais et les stéréotypes. Plusieurs solutions possibles ont été discutées. Certaines de ces solutions sont déjà en application dans certaines parties du monde comme le mentorat ou les quotas en Europe…Le rôle des médias dans la représentation des femmes au public a été particulièrement critiqué. On se rappelle de la polémique sur Mme Clinton et sa coiffure.

S’il y a une chose qu’il faut retenir de cette session, c’est ce que Mme Lagarde nous incite á « oser être différent « , soit « daring the differences« , en anglais,

Toute la session est disponible en anglais sur le site internet du WEF ici 

Article rédigé par Ndéye Sène Mbaye
Publicités