AFRIQUE: les 5 femmes les plus puissantes du continent

Sans être spécifiquement relié au milieu des affaires, cette liste m’a quand même permis d’apprendre un peu plus sur les femmes influentes de l’Afrique. Rendu public seulement hier (2 août), voici le classement des 5 femmes les plus puissantes du continent africain, selon le mensuel AfricaNouvelles.

1-Nkosazana Dlamini-Zuma, présidente de la Commission de l’Union Africaine.Ce membre convaincu de l’ANC (Congrès National Africain), forgé politiquement par la lutte anti-apartheid et l’exil, à 63ans, est considéré comme la femme la plus influente d’Afrique du Sud. Gravissant les échelons au sein du parti, elle a partagé son temps entre le Royaume-Uni et l’Afrique australe, en œuvrant activement aux intérêts de son peuple. C’est au Swaziland, où elle était pédiatre dans un hôpital, qu’elle a rencontré Jacob Zuma. Elle est devenue sa troisième épouse en 1982 et ce jusqu’en 1998, date de leur divorce. Cette position d’épouse ou d’ex-femme d’un leader de taille ne l’a jamais empêché de jouer un rôle politique de premier plan. Puisqu’en 1994, Nelson Mandela, à son arrivée au pouvoir, lui confia le portefeuille de la Santé. Une nomination difficile, avec la tâche ardue de re-fonder un système de santé publique fondé sur le principe de la ségrégation raciale.

Après 5 ans au Ministère de la Santé, elle en effectuera 10 autres aux Affaires étrangères et 3 à l’Intérieur. Partout où elle est passée, Mme Dlamini-Zuma a laissé l’image d’une femme austère, sérieuse, efficace et parfois frondeuse.

2-Fatou Bensoudaprocureure de la Cour Pénale Internationale)

La Gambienne Fatou Bensouda, âgée de 51 ans, a en juin 2012, succédé à l’Argentin Luis Moreno-Ocampo au poste de procureur de la Cour pénale internationale (CPI). Cette avocate, mariée à un homme d’affaires maroco-gambien et mère de deux enfants, a été choisie par les 120 États membres du tribunal, au terme d’un processus de sélection auquel participaient 52 candidats.

3-Ngozi Okonjo-IwealaMinistre des Finances du Nigeria)

Économiste reconnue, elle fut la première Africaine candidate à la direction générale de la Banque mondiale en 2011Au Sommet Economique des Femmes Africaines 2012, tenu à Lagos au Nigeria, elle s’est exprimé sur les questions de la promotion de l’autonomie des femmes et de l’élimination des obstacles entravant le progrès économique des femmes à travers le continent africain.

4- Joyce BandaPrésidente du Malawi

Elle a été élue 4ème présidente de la République du Malawi le 7 avril 2012. Joyce Banda, âgée de 62 ans, est une militante de la cause féministe et une éducatrice confirmée. Cette femme politique malawienne est devenue vice-présidente du pays en 2009, après avoir occupé le poste de ministre des Affaires étrangères, et celui de ministre de la Femme et l’Enfance. Elle s’est fait connaitre du grand public pour avoir décriminalisé l’homosexualité, et pour son refus d’accueillir sur le sol du Malawi le président soudanais Omar el-Béchir, sous le coup d’un mandat d’arrêt de la Cour Pénale Internationale (CPI).

Elle est la première femme à occuper les postes de vice-présidente puis de présidente de la République dans son pays. Elle est la fondatrice et directrice exécutive de l’Association nationale des femmes d’affaires du Malawi.

5-Ellen Johnson-SirleafPrésidente du Liberia)

Elle a été élue Présidente de la République du Liberia, depuis janvier 2006. Ellen Johnson-Sirleaf, âgée de 74 ans, est une économiste formée aux États-Unis. Elle est sortie de l’ombre lors de l’élection présidentielle, en battant le ballon d’or africain Georges Weah. Elle est surtout la première femme élue au suffrage universel à la tête d’un État africain.

Source de l'article
Publicités