Vers un plus grand nombre de femmes dans les C.A.

La ministre de la Culture, des Communications et de la Condition féminine, Christine St-Pierre a annoncé hier le 9 janvier la création d’un comité spécial nommé « la Table des partenaires influents », afin d’inciter les entreprises québécoises inscrites en bourse, à accroître le nombre de femmes au sein de leur conseil d’administration.

Cette initiative est loin des lois strictes qui imposent un quota qu’on a vu en en Europe notamment, mais elle constitue tout de même sinon une première étape, un grand pas vers une meilleure représentation des femmes, et reconnaissance de leurs compétences et acquis professionnels.

Le comité créé par le gouvernement du Québec et coprésidé par l’ancienne ministre libérale Monique Jérôme-Forget ainsi que par l’ancien PDG de SNC-Lavalin Guy Saint-Pierre, aura pour mission de trouver des moyens concrets de promouvoir la présence de femmes dans les conseils d’administration et dans la haute direction des grandes entreprises privées québécoises, cotées en bourse.

On sait déjà qui en fera partie:

  • Yvon Charest, président et chef de la direction d’Industrielle Alliance
  • Jacynthe Côté, chef de la direction de Rio Tinto Alcan
  • Paule Gauthier, avocate chez Stein Monast
  • Serge Godin, président-directeur général de CGI
  • Isabelle Hudon, présidente de la Financière Sun Life pour le Québec
  • Hubert T. Lacroix, président-directeur général de Radio-Canada
  • Monique Leroux, présidente du Mouvement Desjardins
  • Brian Levitt, avocat-conseil chez Osler

Quelques chiffres illustrant la situation au Québec:

  • Au Québec, 14 % des membres des C.A. des 50 grandes entreprises cotées en bourse étaient des femmes en 2007, selon le Canadian Spencer Stuart Board Index 2009. La situation est semblable au Canada.
  • La parité entre les hommes et les femmes au sein des conseils d’administration des 22 sociétés d’État, visées par la Loi sur la gouvernance des sociétés d’État, a été atteinte en novembre. Depuis avril 2006, la proportion de femmes y est passée de 27,5 % à 52,4 %.

Mots d’Elle: Durant la conférence de presse, Mme St Pierre a affirmé que «Les femmes ont fait leurs preuves et on sait qu’elles peuvent diriger avec autant de succès que les hommes. Dans le contexte économique actuel, je pense qu’il est essentiel de ne pas se priver du talent de ces professionnelles.»

Guy Saint-Pierre, lui, a souligné qu’«il est encore difficile pour les femmes professionnelles de briser le plafond de verre et de prendre leur place dans le old boys club. Parfois, elle manque simplement de bons contacts pour y parvenir» Qu’en pensez-vous?

Par ailleurs, que pensez-vous de la création de ce comité? Personnellement, je salue l’intiative en elle-même, ainsi que la nomination de femmes ET d’hommes sur ce comité. J’attends vivement le plan d’action!

Déborah
Crédits photo: Le Devoir, CCQuébec, leitmotivstudio, Osler.
Publicités