« Ma carrière a été une combinaison d’opportunités et d’ambition »

Depuis toujours, Anna Martini s’est impliquée à aider les femmes à acquérir de la confiance, et à sortir de leur zone de confort grâce au réseautage. Pour cette experte du branding et de la vente au détail au Canada, la loi imposant un quota de femmes dans les grandes entreprises risque de nuire plus qu’autre chose. Voir [Loi Zimmerman-Copé] « Je ne crois pas au plafond de verre ».  En effet, elle n’a jamais pensé qu’il fallait traiter différemment les femmes: dans le monde des affaires, les personnes doivent être reconnues et engagées pour leurs compétences, aptitudes et savoir.

Des gens m’ont ouvert des opportunités et je les ai saisis. Ma carrière n’a pas été très bien planifiée; tout a été une combinaison d’opportunités et d’ambition. 

Recrutée sur le campus de l’université Concordia par Deloitte (à l’époque Touche) à 22 ans, Anna Martini débute sa carrière en marketing: elle deviendra par la suite comptable agréée et restera 20 ans au sein de cette même entreprise. C’est en 2004, qu’elle se voit offrir le poste de présidente du Groupe Dynamite par son propriétaire. « Certaines personnes en cours de route ont été mes mentors et m’ont donné des opportunités. Et je les ai saisis. » Faire le saut à 42 ans et changer de domaine…n’a certainement pas été facile: « J’ai quand même pris beaucoup de risques: j’aurais pu rester chez Deloitte, jusqu’à la « retraite obligatoire ». Impliquée comme mentor et coach auprès d’étudiants, elle dit ne jamais avoir cessé d’apprendre. « Ce n’est pas parce que je suis le patron que je n’apprends plus. J’apprends tout le temps ».

Interrogée sur les secrets de sa réussite, Mme Martini rappelle l’importance d’avoir une discipline. « Ma discipline est au niveau du networking: j’en fais au moins trois fois par semaine et je trouve que c’est très important pour notre bagage et le développement personnel ». Par ailleurs, elle soutient que l’expertise technique acquise à travers son titre comptable lui a toujours servi en lui procurant plus de confiance et de crédibilité dans les relations d’affaires. J’ai beaucoup apprécié ce point car je fais partie de ceux qui pensent qu’en effet, détenir une expertise reconnue (médecine/droit/génie/comptabilité/finance) fait partie des meilleures outils pour garantir son succès.

Et vous? Êtes-vous de cet avis? Partagez vos commentaires!

Source: J'étais présente à l'activité "Toasts et Confidences" 
organisée par la Jeune Chambre de Commerce de  Montréal
Loi Zimmerman-Copé: "Au moins 40% de femmes dans les Conseils 
d’administration des entreprises de plus de 500 salariés. 
Adoption de la loi en France, le 13 janvier 2011.
Publicités