« L’obstacle, c’est d’être une femme »

Musicienne avant d’être pharmacienne, mère avant d’être entrepreneure, Michèle Boisvert a créé son entreprise, Homéocan, à une époque où il fallait aux femmes la signature d’un homme pour obtenir un prêt. Période qui vous paraît lointaine ? Pas tant que ça.

Étant l’une des premières femmes à avoir été propriétaire de pharmacies, Michèle Boisvert doit sa réussite à un équilibre entre le travail, la famille et les amis. « Trouver le juste milieu rend heureux. Ce que je suis”. Sa source de motivation principale est la passion. « J’ai toujours aimé voyager même s’il fallait que j’emprunte l’argent. C’est au cours d’un voyage en Europe que je découvre ma passion, l’homéopathie». Cette passion fut pour elle source de motivation, mais également garant de sa réussite car pour Michèle Boisvert « Si vous n’avez pas la passion de ce que vous faites, les embûches vous submergeront» rappelle-t-elle.

Interrogée sur le statut de la femme aujourd’hui, Michèle Boisvert s’exclame “On n’est pas sorti de l’auberge!”. En effet, pour l’homéopathe, dans le milieu corporatif, « L’obstacle, c’est d’être une femme ». Selon elle, « La situation y est encore pénible aujourd’hui, car les femmes doivent se comparer aux hommes et se battre pour faire valoir leurs compétences »

Cette femme d’affaires aguerrie compte depuis plusieurs années beaucoup succès à son actif. Alors Michèle, arrêter à 60 ans? « Ça ne me tente vraiment pas. J’adore ce que je fais! »

*Les propos ci-haut ont été recueillis lors du déjeuner-causerie 
organisé par Femmessor Montréal
Publicités