« On s’est enrichi en économisant »

En 24 ans, entourée de ses enfants, elle a bâti son empire, un restaurant à la fois. Cora T - Déborah C.

En effet, la fondatrice des restaurants «Chez Cora déjeuners», Cora Tsouflidou, est une véritable self-made-woman qui a su mettre dès le départ, son entreprise sur la voie de la réussite.

Pour la petite histoire, Cora Mussely, gaspésienne se retrouve seule avec trois enfants qu’elle doit élever et nourrir avec de maigres revenus. Elle avoue avoir été une mère sévère: « Jai dirigé mes enfants : ne fais pas ci, fais ça. Je leur ai attribué des tâches ». Cependant, c’est ce caractère de fer qui lui permet de comprendre très vite « qu’une entreprise demande de la discipline, de l’économie, de la prévision ». 

Son premier restaurant voit le jour en 1987. Une bonne dose de travail, un brin de persévérance et une poignée de sacrifices plus tard, le deuxième ouvre en 1990. Puis un autre, et encore un autre.  La gestionnaire développe son sens des affaires et de plus en plus de restaurants ouvrent leurs portes, financés grâce aux profits de ceux déjà existants. Son audace et sa motivation à faire connaître son produit et à satisfaire toujours plus de clients lui font adopter le modèle de franchise en 1994, quand le groupe accorde sa première franchise. Rien que 16 ans plus tard, le réseau « Chez Cora » compte plus de 115 restaurants, et ce, dans huit provinces à travers le Canada.

Au cours du déjeuner dans le cadre du Club de lecture organisé par Premières en affaires, Mme Tsouflidou a partagé quelques recettes de son succès que je partage avec vous ici: « C’est mieux d’avoir l’air de rien et d’être quelque chose, que d’avoir l’air de quelque chose et de n’être rien ». Mme Tsouflidou a souligné l’importance de l’humilité comme une des qualités principales d’un vrai leader. Une qualité que détient son fils Nicholas, aujourd’hui à la tête du groupe. Une humilité qui lui permet de pouvoir compter sur le soutien et confiance de ses collègues, mais aussi des franchisés à travers le Canada. Par ailleurs, pour Cora, « ne pas dépenser, et toujours économiser pour garder pour plus tard a été pour moi une bonne leçon de vie. J’ai appris à mes enfants à économiser et réserver pour acheter plus tard. Autrement, les jeunes trouvent toujours à dépenser ». N’ayant pas pu faire autrement, faute de moyens, cette attitude lui a permis de choisir consciemment son personnel et l’ouverture de nouveaux restaurants.

Parmi les phrases les plus inspirantes entendues ce jour-là et je cite: « Continuez à faire ce que vous faites, et ne changez pas pour faire comme les autres. Si Tim Hortons fait des beignes et que ça marche bien, tant mieux pour Tim Hortons! Moi j’ai décidé de faire des déjeuners et malgré tout ce que les autres me suggéraient de faire au début pour que ça marche, j’ai continué à frapper sur le même clou jusqu’à ce qu’il tienne, parce que j’y croyais et je savais que cela allait fonctionner ».

Un modèle d’inspiration à suivre, sans aucun doute.

Sources principales:
"Cora Tsouflidou en toute franchise..."
"Les femmes sont plus compétentes» - Cora Tsouflidou"
"Déjeuner avec Cora"
"Cora Tsouflidou… pour réussir il faut écouter sa clientèle"
"Cora Tsouflidou, fondatrice des restaurants Cora"
Publicités